Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 16:28

Une requête Google "stress autoconstructeur" m'a donné une idée d'article... Ca tombe plutôt bien car nous sommes en plein dedans nous aussi!

 

(d'ailleurs, j'ai des doutes... Homme, c'est toi?)

 

Comme évoqué lors d'un article précédent, l'autoconstruction est loin d'être une partie de plaisir:

  • on ne peut compter que sur soi-même,
  • on passe tout son temps dessus (consciemment ou inconsciemment),
  • c'est fatigant, aussi bien physiquement que psychiquement,
  • ça n'avance pas aussi vite qu'on le souhaiterait,
  • et j'en passe...

 

Ne comptez pas sur moi pour vous donner une recette miracle, ou un médicament style "remède de cheval", je n'en ai pas et je ne suis pas médecin, sinon à ce jour nous ne serions pas à l'arrêt.

 

 

 

Cependant, il y a quelques trucs à tenter pour "relancer la machine":

 

  • Faire une pause: non, ça ne sert à RIEN d'aller travailler sur le chantier à reculons par peur du retard. Cela ne peut qu'empirer les choses. Prenez quelques jours de repos, en famille, entre amis, faites-vous plaisir et videz-vous un peu la tête. Pour vous aidez, regardez ce que vous avez déjà réalisé. Pas mal non? Alors le repos est mérité!
  • En parler: n'hésitez pas à dire ce que vous ressentez, n'ayez pas honte d'avoir un moment de faiblesse, ça arrive à tout le monde. Parler à qui? A votre famille, à un ami... Qui pourront vous apporter un soutien moral voire matériel. Si un souci technique vous bloque, tournez-vous du côté des forums d'autoconstructeurs ou du côté d'un pro si vous ne trouvez pas de solution.
  • Si vous n'en pouvez vraiment plus: ne vous forcez pas, sous peine de vous pourrir la santé/le chantier/la vie de famille, avec les conséquences que cela implique. Tournez-vous vers les pros qui pourront continuer ce que vous avez déjà fait (d'où l'importance du conseil "soigner le travail"). Ce n'est pas une honte que d'avouer que l'on a pas les compétences ou la force de finir. Au pire, vous pouvez toujours vous garder quelques petits trucs ou servir de manoeuvre à l'artisan qui viendra à la rescousse! Bien sûr, il ne faut pas être au centime près concernant la trésorerie... Même si cela vous coûtera toujours moins cher que de finir en bâclant le travail au point que tout sera à refaire dans un délai proche.

 

Dans tous les cas, que vous repreniez les travaux ou non, un seul mot d'ordre: pensez à vous! Cela vous évitera de mettre en péril votre propre équilibre et celui de votre famille.

 

 

  Cette liste d'idées n'est pas exhaustive, bien évidemment. Si vous avez des remarques, n'hésitez pas à en faire part en commentaires ou via le lien "contact" à droite.

Repost 0
Published by La Petite Échoppe - dans Autoconstruction
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 22:49

Overblog refusant mordicus de télécharger les photos de l'avancement des travaux, j'en profite pour rédiger un article un peu plus "technique" sur les matériaux utilisés pour l'isolation de l'échoppe et l'étanchéité de la toiture terrasse.

 

 

Pour l'isolation, le choix s'est porté sur des panneaux de fibre de bois Homatherm HolzFlex® standard.

Ces panneaux, disponibles en plusieurs tailles, ont l'avantage de pouvoir être découpés avec un simple couteau/outil à bois avant d'être encastrés facilement. Il est aussi possible de les coller avec de la colle à bois ou minérale.La conductivité thermique est sensiblement la même que celle de la laine de verre.

Pour ajouter à cela, ils sont vraiment légers et ne produisent pas de poussières irritantes pour les voies respiratoires et la peau (ceux qui ont déjà eu affaire à de la laine de verre savent de quoi je parle), et sont écologiques.

En bref, ils sont d'une utilisation très pratique.

 

Pour plus d'infos, voir le site: http://www.homatherm.com/no_cache/fr.html

 

 

 

Concernant l'EPDM, la pose est elle aussi très simple.

Pour l'échoppe, le type de pose choisi a été le collage, dont voici les différentes étapes:

 

  • Positionner la bâche sur le support (ici, sur des panneaux d'osb) 
  • Vérifier que la surface est bien plane et lisse (pas de plis, pas de "bulles, etc.)
  • Replier la bâche sur elle même, nettoyer  toute trace de poussière à la fois sur le support et sur la "sous bâche" (un balai à poils souples fait l'affaire)
  • Appliquer la colle au rouleau ou au pinceau, en couches régulières, sur les deux surfaces à coller (attention à ne pas faire de surcouches ou de bulles!!!)
  • Laisser sécher la colle jusqu'à ce qu'elle n'adhère plus sur les doigts
  • Redérouler la membrane sur le support encollé
  • Faire pression avec un balai style balai brosse
  • Répéter pour l'autre moitié de la bâche.

Concernant la colle, il faut que je retrouve le bidon afin de savoir quelle marque a été utilisée...

Repost 0
Published by La Petite Échoppe - dans Autoconstruction
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 12:30

Après avoir évoqué nos propres motivations en tant qu'autoconstructeurs, ainsi que les avantages et les inconvénients, voici nos conseils pour ceux qui veulent se lancer dans cette aventure enrichissante mais aussi éprouvante.

 

 

  • Renseignez-vous: internet, presse, multipliez les sources d'information. N'hésitez pas à parcourir les blogs d'autoconstructeurs (ils sont de plus en plus nombreux), les forums... Posez des questions, potassez comme si vous passiez le bac. Plus vous en saurez, mieux ça sera. Un petit bémol cependant: évitez de demander conseils aux vendeurs des grandes surfaces de bricolage ou à certains artisans: ils n'y connaissent pas grand chose (quand ce n'est pas rien du tout), et vous risquez de vous retrouver avec des conseils valables il y a au mieux 10 ans, sans compter ceux qui vouent une haine féroce aux méthodes encore peu "développées" (maisons bois/paille, isolation autre que la laine de verre ou de roche) et qui n'hésitent pas à dire n'importe quoi pour que vous laissiez tomber.

 

  • Faites confiance à votre bon sens: vous hésitez, et c'est de pire en pire au fur et à mesure des conseils que vous glanez? Laissez "reposer" un petit peu, et suivez  vos impressions.

 

  • Prenez le temps de vous reposer de temps en temps: c'est nécessaire pour permettre au corps et à l'esprit de se reposer un peu et de garder toute efficacité. Ainsi, passez du temps en famille ou entre amis, cela fera du bien à tout le monde. Ne culpabilisez pas, ces temps de repos sont nécessaires pour que les travaux avancent à un bon rythme et sans (trop) de risques d'erreurs ou de blessure.

 

  • N'hésitez pas à demander un coup de main: à la famille ou aux amis, de temps en temps. On a toujours un élément "bricoleur" qui pourra conseiller! Mais n'oubliez pas que vous êtes le chef de chantier, et s'il y a une erreur de faite, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous même.

 

  • Laissez-vous une "porte de sortie": en vous disant que vous pouvez laisser à tout moment le chantier aux mains d'un pro, non seulement vous vous épargnez du stress, mais cela vous poussera aussi à vous appliquer dans votre travail. Soigner le boulot vous évitera de recommencer ou de payer quelqu'un pour le faire.

 

  • Ne négligez pas la sécurité: ok, ça peut être pénible voire franchement chiant, mais vous aurez l'air malin avec votre chantier stoppé pour cause d'accident évitable. Quand on tripote l'électricté, on disjoncte avant, on porte des lunettes de protection même si on a l'air con avec (vous aurez l'air encore plus con avec un truc dans l'oeil!), des gants, des chaussures adaptées (même si c'est cher, c'est mieux que de marcher sur un clou en Converse... Et là, je parle d'expérience!)...

 

  • Définissez une date butoir: Ni trop courte ni trop longue! Son but est de vous motiver et non pas vous décourager. Sans cette date, un gros poil suffisamment long pour faire de la corde à sauter avec risque de vous pousser dans la main. Si vous la dépassez un peu, pas de quoi en faire un drame, et si vous la respectez, ça vous fera un peu de fierté en plus.

 

  • Ayez les bons outils: comme dirait mon père "du bon matos c'est plus de la moitié du travail de faite!". Faites une liste de ce dont vous aurez besoin, et pour réduire les coûts, n'hésitez pas à emprunter ou louer. Guettez les promos et Leboncoin aussi, y'a moyen de faire de bonnes affaires. Ca vous évitera de galérer avec un couteau pour visser!

 

Si vous avez des questions ou d'autres idées à apporter à cette liste de conseils, n'hésitez pas à en faire part dans les commentaires ou via le lien "contact".

Repost 0
Published by La Petite Échoppe - dans Autoconstruction
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 13:30

Avant de se lancer dans cette grande aventure, il est primordial de connaître les avantages et les inconvénients de l'autoconstruction. Voici une petite liste non exhaustive.

 

 

AVANTAGES:

  • Le coût, en moyenne 30% moins cher que lorsqu'on opte pour une autre solution,
  • Le plaisir et la gratification procurés par le fait de tout réaliser de ses propres mains,
  • L'expérience et la culture engendrés par cette méthode: on lit, on se renseigne, on expérimente, puis on fini par donner des conseils et aider si l'entourage a besoin,
  • Plus besoin de se prendre la tête à savoir que faire pendant les congés, les jours fériés et les week end: chantier!!!!!
  • On se muscle et on devient plus endurant (oui oui, vous aussi madame)
  • On resserre les liens avec la famille et les amis: un coup de main sur le chantier, on rigole, on se serre les coudes, et tout se fini par une bière autour d'un pique nique ou d'un barbecue (les vannes de chantier ne sont pas forcément obligatoires)
  • Si on ne resserre pas les liens, on fait rapidement du tri...
  • C'est motivant: on ne peut compter que sur soi même donc... Au boulot!

 

 

INCONVÉNIENTS:

  • Arriver à concilier vie professionnelle et chantier tout en gardant la forme
  • Préparation en amont du projet importante: il faut passer des heures à écumer internet, les revues, faire les plans sans se tromper, faire des devis, comparer, savoir quels matériaux/outils utiliser... C'est un travail faramineux qui prend souvent tous les week end et le temps libre en brainstorming et autres prises de tête
  • Gestion des imprévus et coordination logistique (au niveau des matériaux, des livraisons par exemple): énorme source de stress!
  • Il faut absolument avoir une vie de couple/familiale stable et solide: avec le stress, la fatigue et le fait que la vie familiale et amoureuse soient un peu mises de côté, ça peut "péter" très souvent... Certains en arrivent même à se séparer (je ne vous le souhaite pas, mais soyez-en conscients tout de même),
  • Il ne faut pas être pressé par le temps: se dépêcher, c'est aller au-devant des galères (erreurs de conception et de réalisation, accidents...). Une construction prend du temps; si vous en êtes pas pleinement conscient, vous risquez de vous démotiver et de finir par abandonner.
  • Quasi impossibilité de faire autre chose pendant son temps libre (nous y reviendrons dans l'article "conseils"): les divertissements sont laissés de côté, soit par la force des choses, soit parce que vous culpabilisez trop de ne rien faire pendant deux heures ou une soirée.
  • On a mal partout (surtout au début): le soir venu, vous n'aurez plus la force de faire grand chose. Une soupe, une douche et au lit à 21 heures, tels sera votre lot!!!

 

Voilà, vous savez (presque) tout. Il ne vous reste plus qu'à faire votre choix. A suivre, un article avec quelques conseils pour pouvoir mener à bien l'aventure de l'autoconstruction.

Repost 0
Published by La Petite Échoppe - dans Autoconstruction
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 17:26

C'est en discutant que je me suis rendue compte que beaucoup de personnes de notre entourage ignoraient que nous autoconstruisons la nouvelle extension de la petite échoppe.

 

Cela m'a donnée une idée de sujet à traiter pour le blog: pourquoi avons nous opté pour cette solution, conseils à ceux qui veulent se lancer, etc.

 

 

Pour commencer, voici nos motivations:

 

  • Avoir un bien réalisé avec un minimum de logique: lors de nos démarches précédentes, nous avions contacté bon nombre de professionnels (tant au niveau de la construction traditionnelle que de l'ossature bois), et nous avions été pas mal refroidis par certains d'entre eux: entre le "commercial" qui ne sait pas vraiment ce qu'il vend et qui sort les pires aberrations dès qu'on pose des questions un peu plus "techniques", le constructeur qui demande un prix exorbitant pour une construction basique voire limite au vu de la qualité des matériaux et du coût réel de la main d'oeuvre, les "passoires thermiques" ou l'hypocrisie du label BBC, les maisons ossature bois prémontées à la chaîne en atelier hors de prix... Cela ne correspondait ni à notre budget, ni à notre vision des choses.

 

  • Avoir quelque chose à notre goût: et nos goûts n'étaient vraiment pas en adéquation avec ce qui était proposé. A nos yeux, toutes les habitations qui nous étaient montrées se ressemblaient et nous rappelaient fortement celles de nos parents dans les années 80 (mêmes formes, le plus souvent mêmes techniques désormais dépassées, décoration tout aussi "has been"). On ne voulait pas de "délire d'architecte" non plus. Juste quelque chose de simple se fondant dans le paysage.

 

  • Avoir quelque chose qui rentre dans notre budget (vaguement évoqué dans le 1er point): comme nombre de personnes, nous n'avions pas un budget extensible. Mais pour avoir 100m², il nous fallait souvent débourser plus que de raison, et ça ce n'était pas possible: acheter une Clio au prix d'une Mustang, non merci. Nous souhaitions avoir des matériaux, une isolation, etc. de qualité, et pas un truc au rabais. Or, beaucoup de soi disant "professionnels" du bâtiment profitent de la naïveté, de la méconnaissance et du rêve des gens de posséder un bien à soi pour gonfler la note tout en rognant sur le reste! En comparant,on se rend vite compte que le coût de l'autoconstruction est beaucoup plus bas (à quantité de matériel et matériaux égale).

 

  • Frimer devant les copaings: il ne faut pas se voiler la face, quoi de plus gratifiant que les expressions d'étonnement (et d'admiration) de l'entourage?

 

 

 

 

Voilà ce qu'il en est pour nous. Bien évidemment, nous ne nous sommes pas lancés dans cette aventure à la légère: 3 ans se sont écoulés entre l'idée et la concrétisation de notre projet immobilier, ce qui fait énormément d'heures à réfléchir, se documenter, se questionner, se remettre en question, douter, être déçus ou enthousiastes...

Dans un prochain article, je ferai le point sur les avantages et les inconvénients de ce mode de construction.

Repost 0
Published by La Petite Échoppe - dans Autoconstruction
commenter cet article

Présentation

  • : La Petite Échoppe
  • La Petite Échoppe
  • : Les travaux d'aménagement et de rénovation de notre petite échoppe bordelaise, par nous même. N'hésitez pas à nous faire part de vos questions/remarques/idées via les commentaires ou le lien "contact", ce blog est un espace d'informations et d'échanges.
  • Contact

Recherche